Actualités gallo_ba_2
Autosuffisance en moutons, Harouna Gallo Bâ propose « une famille, une brebis et un bélier »
Please follow and like us:

Harouna Gallo Bâ est très optimiste pour le règlement du problème lancinant de la disponibilité des petits ruminants notamment lors de la tabaski.
Le président de l’union nationale des organisations d’éleveurs du Sénégal déclare que « c’est possible d’y arriver d’ici 3 ans avec l’implication des communes ».
Il indique que c’est la demande qui est très forte avec les évènements sociaux successifs.
Il donne l’exemple de sa structure avec l’abattement quotidien de 1500 petits ruminants tandis que pour les jours fériés, le volume peut atteindre 10 000 têtes.

Harouna Gallo Bâ estime que le problème se trouve surtout dans l’abattement des brebis ; alors qu’elles sont à la base de la reproduction.
Pour parer à cette situation, Harouna Gallo Bâ indique que la situation risque d’être davantage plus difficile si une solution immédiate n’est pas appliquée.
Le président de l’union nationale des organisations d’éleveurs du Sénégal propose l’implication des communes et des familles à travers une opération dénommée « une famille, une brebis et un bélier».
Il affirme que cette stratégie est à même de régler sensiblement les problèmes d’approvisionnement surtout lors des fêtes de Tabaski.
Pour cette année 2016, plus de 700 mille moutons ont été proposés aux sénégalais dont plus de la moitié venant des pays limitrophes.
Cette situation a un impact réel sur l’économie nationale où l’élevage contribue pour 29,1 % à la formation du secteur primaire et 4,2 % au PIB du Sénégal sur la période 2000- 2012.
Ce sous-secteur joue un rôle socio-économique très important : 350 000 familles, soit environ 3 millions d’individus vivent de l’élevage.

Please follow and like us:

About the author

Related Post

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Restez connecter
Categories